C'est ma zic' !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

fév. 3

Piano Chat : Ours Molaire

J'y ai déjà rapidement fait allusions ici, mais j'avais prévenu que j'en reparlerais plus longuement à la sortie de son EP, voilà donc venu le temps pour moi de parler de Piano Chat (Marceau Boré dans le civil). Ok, j'ai un peu de retard par rapport à la date de la sortie de la galette (oui je continue avec ma promo du CD/DVD/BR, surtout que suis pas sûr qu'il soit dispo sur les plateformes de téléchargement, l'EP en question) mais mieux vaut tard que jamais, c'est juste que j'avais pas le temps de bloguer à l'époque.

Donc bref, revenons à nos moutons : Piano Chat, je l'ai découvert par hasard, en première partie de Boogers, à la Maroquinerie (super sympa cette salle d'ailleurs). Généralement, je goûte moyennement les premières parties, mais là, grosse grosse claque, dont je me suis à peine remis presque 2 ans après.

Piano Chat, c'est un Artiste (avec un grand A - pour ceux qui ne l'auraient pas vu - ). Le gars se pointe avec une caisse claire, un tom, une cymbale, une gratte, un micro, un ampli et... un looper. Tout seul, il va, méthodiquement, mais surtout génialement, t'empiler les samples (vocaux, guitare, batterie, etc.) pour fabriquer un vrai morceau de zique, qu'on penserait joué par un groupe traditionnel. Un homme orchestre moderne, le Rémy Bricka du XXIème siècle !

Un exemple qui parle de lui même : 

Question style, on a une musique "qui racle au fond" (ouais, j'ai pas vraiment mieux comme définition, suis désolé). Un truc assez primal. Moi, ça me porte, ça m'embarque immédiatement. On a le droit à des morceaux rythmés, d'autres plus proches de la balade, mais tous assez bruts.
Certains trouveront ça correct sans plus, je leur rappellerai alors qu'il est seul. C'est d'ailleurs pour ça que je ne peux que vous recommander de le voir en public, c'est là qu'il en impose le plus. J'ai été impressionné par la faculté qu'il a eu à accaparer l'attention de la Maroquinerie alors que tout le monde attendait Boogers en parlant, pinte à la main. L'autre première partie était loin d'en faire autant ce jour là, mais quand Marceau est arrivé et a joué ses premières notes, tout le monde l'a écouté religieusement.
Autre point qui m'a bien plu lors de sa prestation, cette envie de se mélanger au public. Il a joue au pied de la scène, demandant régulièrement aux personnes présentes de s'approcher, qu'on participe plutôt qu'être simple spectateur.

Un petit aperçu de Piano Chat en concert (Avec "Mary Mary Mary", que j'adore) :

Et pour ne rien gâcher, il y a des effets spéciaux à la bière dans ses concerts ;)
Les liens :
sept. 21

Philippe Katerine : Philippe Katerine

Il y a 15 jours, je découvrais le clip "La banane" de Philippe Katerine. Le lendemain, ça devenait ma sonnerie de portable tellement ce morceau m'a plu. Alors forcément, j'ai attendu ce 20/09 avec impatience. J'ai écouté la galette du Philippe, et voilà ce que j'ai à en dire...

Tout d'abord, tout le monde connait Philippe Katerine (ou pas). L'interprète de "Luxor, j'adore" qui a été (trop) passé sur les radio, est un personnage un peu barré, voire beaucoup. Et c'est pas cet album qui va me faire changer d'avis là dessus.

Au programme : une pochette qui en dit long déjà, façon photo de famille, avec un look et une pose qui mettent vite dans l'ambiance. Ensuite, 24 titres, assez courts (de 2mn en moyenne).

Alors soyons clair, il n'y a ici pas vraiment d'intérêt musical, les morceaux étant le plus souvent une mélodie hyper simple au bontempi accompagnée une boite à rythmes derrière et avec des paroles très courtes qui vont être lues en boucles (on ne compte que 2 ou 3 chansons avec des paroles "standard", et encore, si on considère "standard" le fait de n'avoir que des couplets et pas de refrain!), mais qui sont capables de vous filer la banane. Mais est-ce forcément mauvais ? Je dirais oui si on écoute cet album au 1er degré, mais si on creuse un peu, on peut y trouver son plaisir. Car la musique de Philippe Katerine est au monde musical, ce que l'art contemporain est au monde de l'art classique. Car cet album, c'est avant tout de l'art, bien barré d'ailleurs. Ca en fera rire certains de lire ça, mais c'est à chacun de se poser les bonnes questions pendant l'écoute, de la même manière qu'un amas de néons exposé à Beaubourg peut paraître futile à première vue, mais beaucoup plus pertinent si on se pose quelques questions simples, comme "Pourquoi ?", "Où est l'intérêt ?"

Dans le très bon de l'album, je mettrais "La reine d'Angleterre", "Liberté", "La banane" ou encore "Le rêve". On a aussi du super barré, comme "Il veut faire un film" ou "Moustache" et des titres qui tiennent plus de la performance artistique comme "Musique d'ordinateur". A écouter aussi, "Les derniers seront toujours les premiers", qui semble simplette au premier abord, mais en y réfléchissant, le titre est très intéressant (mais je me place toujours du coté artistique de la chose, certains comprendront)

Je vous mets le titre phare de l'album (au coude à coude avec "La reine d'Angleterre") qui a un clip à la hauteur de la musique :-D



Je terminerais ce billet par ça : "Liberté.... Mon cul...."


Les liens :